Le nouveau livre de Michel Ganivet « Le Grand Retour », présenté à Tourouvre

Michel Ganivet présente son dernier livre, Le Grand Retour. (Jean-François Suzanne, Perche-Canada)

Michel Ganivet présente son dernier livre, Le Grand Retour.
(Jean-François Suzanne, Perche-Canada / Amis du Perche)

   Samedi 7 avril 2018, journée consacrée à l’assemblée générale de Perche-Canada, Michel Ganivet présentait son dernier livre, Le Grand Retour.

   Lors de l’après-midi, réunissant plus de 80 personnes, Michel Ganivet était entouré de deux représentants du Canada, Caroline Guimond (ministre-conseillère à l’ambassade, chargée des migrations) et Nicolas Drouin; de nombreux élus tels que Véronique Louwagie (député), Jean-Claude Lenoir (sénateur honoraire, président de la CdC du pays de Mortagne), Guy Monhée (maire, président de la CdC des Hauts du Perche et vice-président du conseil départemental de l’Orne), Marie-Christine Besnard (première adjointe au maire de Mortagne, conseillère départementale et vice-présidente du PNR du Perche), mais aussi d’Alain Morin (président de la Fédération des Amis du Perche), de nombreux adhérents de diverses associations et amoureux des relations et de l’histoire commune entre le Perche et le Canada.

COUV Perche et Canada, volume 1Gdretour   Son livre fait suite à la publication, en novembre 2016, d’Epopée en Nouvelle-France, qui connaît  un très grand succès. Si le premier tome aborde l’émigration percheronne en Nouvelle-France, impulsée par Robert Giffard, essentiellement au cours du XVIIe siècle, le 2e volume s’intéresse aux relations entre le Perche et la Nouveau-Monde à partir de 1763.

   En effet, le traité de Paris stipule que le royaume de France abandonne définitivement les terres du Canada au profit de la couronne britannique. Des Français quittent ce territoire, mais pas tous à l’image du jésuite Augustin de Glapion (qui décède en 1790). Pendant ce temps-là, des descendants d’émigrants percherons installés au Canada empruntent le Mississippi et s’installent en Louisiane (Louis Juchereau de Saint-Denis et Alexis Cloutier en Louisiane, Timothée Boucher de Montbrun dans le Tennessee). Certains descendants intègrent le clergé local, à l’image de Françoise Giffard, de Jeanne Françoise Juchereau de la Ferté ou encore de Geneviève Boucher de Boucherville, mais aussi Marguerite d’Youville (donatrice des Soeurs grises, canonisée par le pape Jean-Paul II). Aussi, le comte de Puisaye – commandant en chef du débarquement de Quiberon, se soldant par un échec en 1795 – vit au Canada entre 1799 et 1802.

   L’Entente cordiale de 1855 et la rédaction de la Constitution de la Confédération canadienne en 1867 changent les relations franco-britanniques. En effet, les Français peuvent commercer directement avec les Canadiens sans passer par Londres. Ainsi, les premiers Canadiens viennent en France étudier la médecine. Puis, en 1891, Tourouvre reçoit la visite d’Honoré Mercier, Premier ministre du Québec, découvrant la terre de ses ancêtres; comme le père Trudel en 1938. Auparavant, lors de la Grande Guerre, l’armée canadienne sera commandée par le Général Tremblay, alors des bucherons canadiens couperont des arbres en forêt domaniale de Bellême.

Michel Ganivet dédicaçant son nouvel ouvrage aux Muséales de Tourouvre, le 7 avril 2018 (Jean-François SUZANNE, Perche-Canada/Amis du Perche de l'Orne)

Michel Ganivet dédicaçant son nouvel ouvrage aux Muséales de Tourouvre, le 7 avril 2018
(Jean-François SUZANNE, Perche-Canada / Amis du Perche)

   Au lendemain de la Libération, des liens se nouent de plus en plus entre le Québec et le Perche, comme Boucherville et Mortagne qui fondent un jumelage. Ainsi, en 1957, sous l’impulsion de Me Edouard Leboucher, l’abbé Aubry, Maurice Fortin et d’autres membres, l’association Perche-Canada naissait.

   Cet ouvrage, richement illustré par des documents inédits, co-édité par les Amis du Perche et Perche-Canada, démontre la vitalité du Perche au fil des siècles, les liens avec la Nouvelle-France.

Jean-François SUZANNE, vice-président de la Fédération des Amis du Perche.

Les échos de la presse :

# Audrey Ottonelli, « Le ‘Grand Retour’ de Michel Ganivet », mis en ligne sur https://actu.fr, le 5 avril 2018.
# « Il faut que l’Amérique vienne dans le Perche », mis en ligne sur www.ouest-france.fr, le 6 avril 2018.

Les ouvrages de Michel Ganivet

# Epopée en Nouvelle France, tome 1, novembre 2016, 152 pages. 25€ (frais de port inclus). Pour plus d’informations et pour commander, cliquez ici.
# Le Grand Retour, tome 2, mars 2018, 160 pages. 25€ (frais de port inclus). Pour plus d’informations et pour commander, cliquez ici.

Pour plus de renseignements :

# Site internet de Perche-Canada, en cliquant ici.

Page créée le 8 avril 2018, mise à jour le 9 avril.

Écrit par

Pas de commentaire.

Poster un commentaire

Message