Retour sur l’après-midi du 9 mai à Margon, organisé par les Amis du Perche d’Eure-et-Loir : conférences, exposition et projection sur « La Résistance aux maquis »

Chers amis,

   Durant tout le mois de mai de cette année 2015, les associations départementales des Amis du Perche (en coordination avec le comité scientifique de la Fédération des Amis du Perche) vous proposent des manifestations pour participer aux commémorations du 70e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Ce cycle de conférences a obtenu le label de la mission nationale « 70e anniversaire de la victoire sur le nazisme, de la Libération de la France et des camps ».

Monument aux morts, rendant hommage aux maquisards de Plainville. (© Laure de La Raudière, d’autres photos à visualiser sur le blog).

   Après avoir rendu hommage au Père Marcel Poulain, le 3 mai dernier à l’Ecomusée du Perche, le samedi 9 mai prochain, les Amis du Perche d’Eure-et-Loir ont proposé une après-midi sur le thème suivant :

« De la Résistance au maquis »

La salle polyvalente de Margon a tout d’abord accueilli une exposition pour l’après-midi, afin de retracer la place du Perche dans la Seconde Guerre mondiale.

Puis, à 15h, Michel Krecke, en présence de nombreux résistants d’Eure-et-Loir, et parfois membres du Maquis de Plainville, a accueilli nos deux conférenciers du jours : Albert Hude et Yves Brissard.

Michel Krecke présente les intervenants web

Michel Krecke présente les intervenants de l’après-midi : Albert Hude (au centre) et Yves Brissard (à droite). (© J-F Suzanne)

  Albert Hude est intervenu sur Les Maquis de Crucey-Brezolles et de La Ferté-Vidame. Pour lui, la résistance n’est pas seulement le maquis. Le maquis est la forme militaire de la Résistance. Dans un premier temps, la résistance, c’est de l’action, parfois individuelle pour le patriotisme. Puis, des réseaux de résistance se forment en Eure-et-Loir, essentiellement implantés en ville (Dreux, Chartres, etc.). Certains réseaux se spécialisent dans le renseignement, d’autres récupèrent des aviateurs, ou alors font évader les prisonniers. Sur le terrain, l’action de guérilla se résume au repérage, à une arrivée discrète, à une intervention rapide et ciblée et à un départ rapide après l’action. Il ne s’agit pas d’action frontale. Dans l’autre camp, la présence allemande est représentée par les Kommandaturs, y compris dans les villes moyennes (Nogent, la Ferté-Vidame), force militaire et policière. Pendant ce temps, Pétain maintient l’ordre.

   En 1943, l’opinion bascule avec la mise en place du STO (5.000 eureliens sont concernés). Certains retardent leur intégration, en se faisant opérer par le médecin de la Ferte-Vidâme. D’autres seront sélectionnés pour intégrer le maquis. La vie au maquis est complexe. Les responsables doivent s’organiser des approvisionnements. Le tabac est volé dans des dépôts (Deeux, Nogent). Les tickets de rationnement, notamment pour l’alimentation, sont volés dans des mairies. Puis se pose le problème des armes et de l’argent.

   Toutefois, les maquis de La Ferte-Vidame, de Crucey et de Brezolles sont repérés, peut être infiltrés, puis leurs membres réprimés, torturés, parfois fusillés (3 personnes À La Ferte-Vidame) et d’autres déportés. Au lendemain de la Libération des villes, les maquis prennent en charge l’administration française locale.

Plus de 80 personnes présentes à cette 2e après-midi du cycle de conférences, organisé par les Amis du Perche pour commémorer le 70e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale. (© J-F Suzanne)

Plus de 80 personnes présentes à cette 2e après-midi du cycle de conférences, organisé par les Amis du Perche pour commémorer le 70e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale. (© J-F Suzanne)

Après l’intervention d’Albert Hude, Perche-Communication a proposé une projection d’un documentaire Le Maquis de Plainville en images. C’est une ébauche d’un documentaire de 50mn à venir, présenté à décembre prochain.

   Yves Brissard, président l’association des anciens résistants et des amis du Maquis de Plainville, est revenu sur l’histoire de ce site. Pour Yves Brissard, le marquis de Plainville apparaît en préparation du Débarquement, suite aux 1ères réunions du CNR (1943). Il est structuré, la vie du maquis est rustique : les routes sont surveillées, les jeunes sont instruits. Si les hommes dorment la 1ère nuit dans la grotte, très vite, les maquisards construisent des huttes dans les sous-bois.
La résistance apporte des aides dans le débarquement des Alliés : une gène de la progression des troupes motorisées et blindées allemandes, le sabotage des voies de communication, des lignes téléphoniques aériennes ou du câble souterrain Paris-Brest.

L’après-midi s’est achevé par des témoignages, notamment de Georges Gourcy, ancien résistant du maquis de Plainville. Egalement, Mme de Layre a évoqué le maquis de Beaumont-les-Autels. Puis, un verre de l’amitié a permis à l’assistance de poursuivre les discussions.

Lien vidéo, en cliquant ici : Georges Gourcy raconte le maquis de Plainville.

Près de 80 personnes présentes à ce 2ème cycle de conférences sur la Seconde Guerre mondiale. (© Gwénaël Baptista, www.lechorepublicain.fr)

Du côté de la presse :

# Gwénaël Baptista, « Ils ont évoqué la Résistance », mis en ligne sur www.lechorepublicain.fr, le 12 mai 2015.
# Gwénaël Baptista, « Les Amis du Perche proposent ce samedi une thématique », mis en ligne sur www.lechorepublicain.fr, le 9 mai 2015.
# « Les Amis du Perche évoqueront << de la Résistance aux maquis>> à Margon », mis en ligne sur www.ouest-france.fr, le 9 mai 2015.
# « La Résistance eurélienne a son livre », mis en ligne sur www.le-perche.fr par Amine El-Hasnaouy, le 28 avril 2015.
# Michel Detail, « Yves Brissard et des anciens résistants accueilleront les visiteurs, demain après-midi », mis en ligne sur www.lechorepublicain.fr, le  20 juillet 2013.

Quelques ouvrages édités par les Amis du Perche sur la Seconde Guerre mondiale :

CP 198« Un prêtre dans la Résistance ornaise, L’abbé Marcel Poulain », dans les Cahiers Percherons, n°198, juillet 2014 (cahier thématique dédié à la Seconde Guerre mondiale dans le Perche), 7€, en commandant ici.CP171

Lt-Colonel Yves Duprez, « Le réseau Hector, à Mortagne », dans les Cahiers Percherons, n°171, 2007-2, juillet 2007 (fichier téléchargeable au format Pdf), 4€, en commandant ici.

13-Perche-40-à-45Le Perche de 1940 à 1945, Actes du colloque de Mortagne-au-Perche, octobre 2006, édité par les Amis du Perche (avec le concours du comité scientifique), 2008, 26,60€ (en promotion, port offert), en commandant ici.

2002-1Colonel René Jacques Andrieu, « La bataille de Normandie et le maquis de Plainville (6 juin-22 août 1944) », dans les Cahiers Percherons, n° 150, 2002-1, 7€, en commandant ici.

148Jean Leydier, « L’abbé Krier, curé de Luigny, aux prises avec la Gestapo », dans les Cahiers Percherons, n° 148, 2001-3, 7€, en commandant ici.

Prochaines manifestations sur le 70e anniversaire de la Seconde Guerre mondiale dans le Perche :

La victoire de la liberté

Vendredi 29 mai, à 18 h 30, Halles Denis Béalet à La Ferté-Bernard : conférence du Dr Bergeron, membre de l’association normande du Souvenir Aérien, « La Guerre Aérienne dans le Perche 1940-1945 », organisé par les Amis du Perche du Loir-et-Cher et de la Sarthe. Pour plus d’informations, cliquez ici.

Retour sur les précédentes manifestations des Amis du Perche, consacrées au 70e anniversaire de la Seconde Guerre mondiale dans le Perche :

# Dimanche 3 mai, à l’Ecomusée du Perche : hommage au Père Marcel Poulain. Pour plus d’informations, cliquez ici.

Dans l’espérance de vous y retrouver,
Amitiés percheronnes
Jean-François SUZANNE, président du comité scientifique des Amis du Perche.

Page créée le 3 mai 2015, mise à jour le 14 mai.

Écrit par

Pas de commentaire.

Poster un commentaire

Message