Retour sur la journée en mémoire du père Marcel Poulain, à l’église prieurale de Sainte-Gauburge (Dimanche 3 mai 2015)

Chers amis,

   Comme chaque 1er week-end de mai (dimanche 3 mai 2015), les Amis du Perche se sont retrouvés pour leur traditionnelle messe annuelle, qui se déroulait en l’église prieurale de Sainte-Gauburge, à Saint-Cyr-la-Rosière.

   La journée était dédiée à la mémoire de l’abbé Marcel Poulain, Résistant ornais et homme de foi.

Une assistance nombreuse pour la messe annuelle des Amis du Perche. Au 1er rang, de droite à gauche, Philippe Siguret (président d’honneur), Alain Morin (président de la Fédération), Jean de Tappie (Président des Amis du Perche du Loir-et-Cher & de la Sarthe), Jean-François Suzanne (président des Amis du Perche de l’Orne) et Michèle Sortais (secrétaire générale). (© Michel Ganivet)

1°) Le matin, messe annuelle

   A 10h30, Jean-François Suzanne, vice-président de la Fédération des Amis du Perche, a accueilli Mgr Habert, évêque de Sées, et les 200 personnes présentes à cet office religieux. Le président des Amis du Perche de l’Orne a rappelé que « depuis plus de 40 ans, sauf en de rares occasions pour des grandes expositions de l’Ecomusée du Perche, le prieuré de Sainte-Gauburge rassemble les Amoureux du Perche. En 1972, sous l’impulsion de Philippe Siguret (président des Amis du Perche), d’Armand Gouyon et de Jean Massiot (fondateurs du musée des Arts et Traditions populaires du Perche), les Amis du Perche ont sauvegarde ce site millénaire de la ruine. » Comme promis auprès de Mgr Pioger, les Amis du Perche « ont multiplié les efforts pour ne pas désacraliser ce lieu de culte », en co-organisant une messe en mémoire des amis disparus.

Jean-François Suzanne accueillant les Amis du Perche pour leur messe annuelle. (© Patrick Suzanne)

   C’est ainsi qu’il rappela que « deux membres de notre association – hautement illustre et protecteur du patrimoine culturel et bâti du Perche – nous ont quitté »: François Lécuyer-Champagne et Thierry Aveline de Rossignol. Intégrant le musée d’arts et traditions populations du Perche en 1979, Françoise Lécuyer-Champagne est devenue en 1982 le 1er conservateur de cet espace culturel percheron. Elle mena des grandes expositions comme « Le Perche à table » ou encore « Le cheval percheron ». Après avoir connu des mutations du musée, comme la construction du nouveau bâtiment en 1984 et la cession de la gestion du musée par les Amis du Perche au Conseil général de l’Orne en 1985, elle « quitte l’Ecomusée du Perche en 1988 pour une autre aventure : le musée municipal du château Saint-Jean à Nogent, qu’elle marquera de son empreinte jusqu’à sa disparition le 4 juillet 2014 ». Thierry Aveline de Rossignol fut « un ardent défenseur du Perche et un protecteur du patrimoine percheron », comme le rappela Jean-François Suzanne. « En créant la délégation bas-nprmande de la Fondation du Patrimoine en 1999, il s’est investi dans la réhabilitation de demeures privées, mais aussi du patrimoine collectif, qu’il soit laïc ou religieux. Ainsi, tout comme les Amis du Perche, il a incité de nombreux villageois à créer des associations de sauvegarde du patrimoine, permettant de préserver les richesses patrimoniales de nos communes, mais aussi de rassembler des populations à travers des actions culturelles ». Nous lui devons la manifestation « Pierres en Lumière », qui se déroulera le 16 mai prochain en Basse-Normandie. Il nous a quittés le 12 mars 2014, en transmettant au préalable son idéal à son équipe et à son successeur Olivier Gronier.

L’abbé Marcel Poulain

   En cette année 2015, le Président des Amis du Perche de l’Orne a rappelé que les Amis du Perche apportent leurs contributions aux commémorations du Centenaire de la Première Guerre mondiale et du 70e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Après le colloque des 4 et 5 octobre 2014, les associations départementales des Amis du Perche – avec le soutien du comité scientifique de la Fédération – organisent des conférences durant toute l’année 2015. Ainsi, comme l’annonce Jean-François Suzanne, « cette journée du 3 mai est dédiée à la mémoire du Père Marcel Poulain, héros de la Résistance ornaise qui – au péril de sa vie – a sauvé des milliers de compatriotes en participant à la réalisation de faux-papiers dans le clocher de la basilique Notre-Dame d’Alençon ». Cette journée se complète par les manifestations du samedi 9 mai à Margon (De la Résistance aux maquis) et du vendredi 29 mai à la Ferté-Bernard (La guerre aérienne dans le Perche, 1940-1945). C’était donc l’occasion d’avoir une pensée pour nos aïeux, comme les Poilus de la Grande Guerre, ou encore les Résistants, les persécutés et déportés de la Seconde Guerre mondiale, ou encore nos Libérateurs appartenant aux forces alliées.

   Aussi, J-F Suzanne n’a pas manqué « l’occasion de se rappeler de tous ceux ont oeuvré au sein des Amis du Perche, comme notre président-fondateur Georges Massiot, les fondateurs de l’Ecomusée du Perche Armand Gouyon et Jean Massiot, des administrateurs dévoués tels que les anciens présidents Robert Tanné et Pierre Pelletier, mais aussi Georges Muzet ou Michèle Radiguet. »

Mgr Jacques Habert, évêque de Sées, présidant la messe annuelle des Amis du Perche, assisté des pères Robert Ruffray, François Ntumba et Jacques Roger (vicaire épiscopal). (© Michel Ganivet)

   Enfin, le président des Amis du Perche de l’Orne a profité de la présence de Mgr Habert pour « remercier ceux qui ont accepté de succéder au chanoine Jean Aubry et à l’abbé Géhan, anciens vice-présidents des Amis du Perche, et de devenir nos chapelains : le père Bernard Lemonier, qui n’a pu être présent dimanche 3 mai, et notre ami le Père Robert Ruffray. En effet, comme le souhaitait notre regretté Abbé Géhan, ces hommes continuent de faire vivre l’église prieurale de Sainte-Gauburge, continuent d’oeuvrer auprès des Amis du Perche. »

Les scouts de la Ferté-Bernard, distribuant le pain béni à la fin de la cérémonie. (© Patrick Suzanne)

Pour rendre hommage au Père Poulain, la messe, préparée par la paroisse Sainte-Madeleine-au-Perche, était présidée par Mgr Habert, évêque de Sées, assisté des pères Jacques Roger (vicaire épiscopal dans le Perche) et François Ntumba (prêtre au Theil-sur-Huisne) et Robert Ruffray (chapelain des Amis du Perche). Elisabeth Massot a dirigée la chorale paroissiale. Les jeunes scouts de La Ferté-Bernard ont participé à la cérémonie religieuse, en distribuant notamment le pain béni.

 

 

2°) L’après-midi, conférences sur le Père Marcel Poulain

100 personnes présentes, dont M. le sous-préfet Grégory Lecru (1er rang), pour écouter les deux conférences sur l’abbé Marcel Poulain. (© Michel Ganivet)

   A 14h45, dans le cadre du 70e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale, la Fédération des Amis du Perche et l’Ecomusée du Perche ont organisé deux conférences sur le Père Marcel Poulain dans l’église prieurale de Sainte-Gauburge. 100 personnes ont assisté à cette manifestation, dont Grégory Lecru, Sous-Préfet de l’arrondissement de Mortagne.

   Tout d’abord, dans son intervention « Le Père Marcel Poulain, une belle figure de prêtre dans le Perche, 1943-1979 », le père Jacques Roger est revenu sur la vie de l’abbé Marcel Poulain, du Domfrontais (à Saint-Mars-d’Egrenne) dans son enfance, puis à Alençon où il est vicaire entre 1937 et 1943, et enfin dans le Perche (entre la Chapelle-Souef et Bellême, entre 1943 et 1979). Dans le Perche, à Bellême, le Père Jacques Roger rappelle que « l’abbé Marcel Poulain fonde le 5 janvier 1953 l’association de la Maison des jeunes et de la famille. Il s’agit de mettre à la disposition des familles et des jeunes des services d’entraide, des moyens de distraction et de culture. » Il s’investit également dans des actions sociales : « Jusqu’au 31 décembre 1959, date où entre en vigueur la loi Debré, l’abbé Poulain cherchait sans cesse de l’argent pour les écoles de La Chapelle-Souëf et de Bellême ». Egalement, il a oeuvré avec « les filles de charité de Saint-Vincent-de-Paul, présentes à l’hôpital de Bellême ». Il quitte le Perche en 1979, à la demande de Mgr Henri Derouet, évêque de Sées, et laisse la place aux plus jeunes.

Jean-François SUZANNE présente les intervenants de l’après-midi : Le père Jacques ROGER et le Lt-Col. Yves DUPREZ. (© Michel Ganivet)

Ensuite, le Lt-Col Yves Duprez, délégué général ornais du Souvenir français, s’est penché sur « Le Père Marcel Poulain et l’officine de faux-papiers du clocher de Notre-Dame à Alençon ». Il nous a montré que l’abbé Poulain était un héros de la résistance ornaise. Dès novembre 1940, il agit dans la fabrication de faux-papiers, notamment pour lui dans un 1er temps. « Ne pouvant espérer joindre son centre démobilisateur perdu quelque part en France non occupée, en s’inspirant des documents qu’on lui a montré, il se fabrique de faux papiers avec un tampon truqué. Il est en règle! Alors, il fait profiter de sa trouvaille à ses camarades évadés ». Puis, « à la demande des premiers chefs de la Résistance de l’Orne, comme Aubin, Edouard Paysan et Emile Janvier, il fabrique des fausses cartes d’identité ». Il se fait aider par Jean-Dominique Boucher, journaliste à Ouest-France au lendemain de la guerre. En novembre 1943, l’évêché nomme le Père Poulain à la curé de la Chapelle-Souef pour l’évacuer d’Alençon. L’abbé Ferré poursuit l’aventure, qui « prend fin le 27 janvier 1944 : l’abbé Ferré est arrêté, interrogé et battu sans compromettre l’abbé Poulain puis déporté en Allemagne. Le jeune Jean-Dominique Boucher, prévenu, va dans le clocher pour récupérer le matériel de faussaire » pour le cacher.

La victoire de la liberté   Alain Morin, président de la Fédération des Amis du Perche, a clôturé cette manifestation. Tout d’abord, « en consacrant cette journée au Père Marcel Poulain, les Amis du Perche veulent participer aux commémorations de la Seconde Guerre mondiale, mais aussi participer aux recherches historiques sur cette guerre dans le Perche ». Pour rappel, ces recherches ont débuté dès les années 1990, avec la publication de l’ouvrage collectif et dirigé par Michel Ganivet 1944, la Libération du Perche, suivi du colloque 2006 dirigé par René Andrieu et Jean Quellien sur Le Perche de 1940 à 1945. De nombreux articles ont été publiés dans les Cahiers Percherons (voir ci-dessous). Alain Morin a tenu à féliciter les intervenants (Jacques Roger et Yves Duprez), l’équipe de l’Ecomusée du Perche (dirigée par Evelyne Wander), et la présence de M. le Sous-Préfet Grégory Lecru, des neveux de l’abbé Poulain (Blandine Marie et Gérard Ridereau) et de nombreux amis du Perche. Enfin, avant de transmettre la parole à M. le Sous-Préfet, il « tenait à remercier les services de l’Etat pour leur soutien apporté aux Amis du Perche. En effet, votre homologue d’Argentan M. Pascal Vion et les services de l’ONAC dirigé par Magali Ozouf ont décidé, au sein du comité de l’Orne du 70e anniversaire de la Seconde Guerre mondiale, de labelliser les projets des Amis du Perche pour l’année 2015. C’est une récompense pour les membres du comité scientifique (dirigé par notre ami Jean-François Suzanne) et du comité de rédaction des Cahiers Percherons (dirigé par Michel Ganivet), qui s’investissent dans les commémorations de ce conflit. Ce label nous encourage à poursuivre la recherche historique, l’une des missions des Amis du Perche. »

Grégory Lecru, sous-préfet de Mortagne, félicitant les Amis du Perche pour leurs actions, notamment dans le Perche ornais. (© Patrick Suzanne)

   Grégory Lecru a salué le travail de recherches effectué par les deux conférenciers. Comme lors de l’assemblée générale de la Fédération des Amis du Perche à Longny-au-Perche, il a rappelé que les « Amis du Perche participaient à la vie du territoire percheron. Ce sont des acteurs pour la recherche historique. » Si les services de l’Etat apportent leur soutien, c’est parce que les Amis du Perche sont aussi des « acteurs dans les commémorations, que ce soit pour le Centenaire de la Première Guerre mondiale, à travers le comité ornais que je préside, ou pour le 70e anniversaire de la Seconde Guerre mondiale, dont les travaux sont coordonnés par mon homologue d’Argentan Pascal Vion. »

Biographie de Marcel Poulain

Marcel Poulain est né le 28 janvier 1911 à Saint-Mars-d’Egrenne (Orne). Ordonné prêtre en 1936, il est nommé vicaire à l’église Notre-Dame d’Alençon en 1937. Mobilisé en 1939, prisonnier en juin 1940, il s’évade quelques jours avant son transfert en Allemagne.
Entré en résistance, il organise une officine de faux papiers dans le clocher de l’église Notre-Dame. Des milliers d’exemplaires sont confectionnés : cartes d’identité, cartes de ravitaillement…
Lorsqu’il est nommé curé à La Chapelle-Souëf (Orne) en novembre 1943, l’Abbé Marcel Ferré lui succède dans son activité de faussaire.
Retiré à La Chapelle-au-Moine en 1979, le Père Marcel Poulain est décédé à Flers (Orne) le 28 juillet 1988.

D’après le site internet de la paroisse Notre-Dame d’Alençon (lien internet)

Du côté de la presse :

# Muriel Bansard, « Sur les traces de Marcel Poulain », mis en ligne sur www.ouest-france.fr, le 7 mai 2015.
# « Un magnifique hommage au père Marcel Poulain », mis en ligne sur www.ouest-france.fr, 5 mai 2015.
# Muriel Bansard, « Dimanche, hommage au père Marcel Poulain », mis en ligne sur www.ouest-france.fr, le 2 mai 2015.

Quelques ouvrages édités par les Amis du Perche sur la Seconde Guerre mondiale :

CP 198« Un prêtre dans la Résistance ornaise, L’abbé Marcel Poulain », dans les Cahiers Percherons, n°198, juillet 2014 (cahier thématique dédié à la Seconde Guerre mondiale dans le Perche), 7€, en commandant ici.CP171

Lt-Colonel Yves Duprez, « Le réseau Hector, à Mortagne », dans les Cahiers Percherons, n°171, 2007-2, juillet 2007 (fichier téléchargeable au format Pdf), 4€, en commandant ici.

13-Perche-40-à-45Le Perche de 1940 à 1945, Actes du colloque de Mortagne-au-Perche, octobre 2006, édité par les Amis du Perche (avec le concours du comité scientifique), 2008, 26,60€ (en promotion, port offert), en commandant ici.

2002-1Colonel René Jacques Andrieu, « La bataille de Normandie et le maquis de Plainville (6 juin-22 août 1944) », dans les Cahiers Percherons, n° 150, 2002-1, 7€, en commandant ici.

148Jean Leydier, « L’abbé Krier, curé de Luigny, aux prises avec la Gestapo », dans les Cahiers Percherons, n° 148, 2001-3, 7€, en commandant ici.

Prochaines manifestations sur le 70e anniversaire de la Seconde Guerre mondiale dans le Perche :

La victoire de la liberté# Samedi 9 mai 2015, à 15h00, salle polyvalente de Margon : exposition, projection vidéo et conférences « De la Résistance aux maquis », organisées par les Amis du Perche d’Eure-et-Loir. Pour plus d’informations, cliquez ici.

# Vendredi 29 mai, à 18 h 30, Halles Denis Béalet à La Ferté-Bernard : conférence du Dr Bergeron, membre de l’association normande du Souvenir Aérien, « La Guerre Aérienne dans le Perche 1940-1945 », organisé par les Amis du Perche du Loir-et-Cher et de la Sarthe. Pour plus d’informations, cliquez ici.

Dans l’espérance de vous y retrouver,
Amitiés percheronnes
Jean-François SUZANNE, président du comité scientifique des Amis du Perche.

Page créée le 16 avril 2015, mise à jour le 9 mai.

Écrit par

Pas de commentaire.

Poster un commentaire

Message