Les mouvements de population dans le Perche, XVIIe – XIXe siècles

colloque du 25 octobre 2008, à Bellême, sous la direction scientifique de Claude Cailly.

D’où venaient les scieurs de long qu’on appelait les Lionnais et qui, durant des siècles, ont trouvé à s’employer dans le Perche ? Quelle était l’origine de ces patrons, étaminiers, maîtres de forges, négociants, fondateurs ou repreneurs des principales industries et activités économiques percheronnes ? D’où provenaient ces milliers de nourrissons envoyés dans nos bourgs et campagnes ? Quel fut le destin des protestants du Perche confrontés à la révocation de l’Edit de Nantes de 1685 ? Quel regard peut-on porter aujourd’hui, au vu des nombreuses informations disponibles, sur l’émigration pionnière, essentiellement du XVIIe siècle, vers la Nouvelle-France ?

Sous la présidence de Claude Cailly, maître de conférence honoraire (université de Bordeaux III), la publication des actes de ce colloque, en mars 2010, apporte de nouveaux regards sur les mouvements de populations sur la démographie percheronne.

Ouvrage publié dans la collection « Trésor du Perche », mars 2010, Rémalard, 149 pages.

Les intervenants :

# Claude CAILLY, maître de conférence honoraire à l’université de Bordeaux III.

  • Présentation du colloque de Bellême (25 octobre 2008), pp. 3-4.
  • « Origines géographiques et sociales des décideurs économiques dans le Perche (XVIe-XIXe siècles) : l’exemple de l’industrie étaminière et de l’industrie métallurgique », pp. 13-59.
  • Conclusion, pp. 121-129.

# Jacques GARBIT, chercheur.

  • « Les Lionnais du Perche… Des scieurs de long venus du Haut-Forez », pp. 5-12.

# Didier BOISSON, professeur à l’université d’Angers.

  • « Les refuges des Protestants du Perche aux XVIIe et XVIIIe siècles », pp. 91-105.

# Françoise LÉCUYER-CHAMPAGNE, conservateur du musée de Nogent-le-Rotrou.

  • « Mobilité et migrations des nourrices et des nourrissons aux XVIIIe et XIXe siècles », pp. 61-90.

# Yves LANDRY, du collège royal militaire de Saint-Jean (Québec).

  • « L’émigration percheronne en nouvelle-France, étude comparative », pp. 107-119.

Pour acquérir l’ouvrage, cliquez ici.

mis à jour le 27 juillet 2013.

Écrit par

Pas de commentaire.

Poster un commentaire

Message